Comment intégrer la téléconsultation
à sa pratique médicale?

Cette nouvelle forme de consultation se développe en France depuis le 15 septembre 2018. Elle accompagne les évolutions du métier de médecin et bouleverse les relations de soins.

securite-teleconsultation

Une brève histoire de la télémédecine


La téléconsultation n'est pas une pratique nouvelle ! Les États-Unis étaient l’un des pays pionniers : cela va maintenant faire plus de 100 ans que les premières expérimentations ont eu lieu dans le domaine.

La téléassistance médicale par téléphone débuta ainsi dans les années 1920 pour permettre de prendre en charge les passagers des croisières transatlantiques. Puis, en 1950, commencèrent les transferts d'imageries médicales (radiologie) avec le travail du radiologue Jacob Gershon-Cohen.

Ensuite, la télépsychiatrie connut son essor en 1959 avec la première consultation à distance par vidéo. Cette discipline se développa par la suite avec la prise en charge des vétérans de la guerre du Vietnam sur l’ensemble du territoire américain. En 1964, débuta la formation à distance par vidéo des professionnels soignants américains.

Le Canada fut également un pays précurseur. En Europe, la Norvège et la France furent les pays pionniers en télémédecine. En France, les premières initiatives se développèrent après-guerre dans la région Midi-Pyrénées sous la direction du Dr Louis Lareng (également fondateur du SAMU).


La discipline s'institutionnalisa en 1973 avec le premier Congrès International de Télémédecine aux USA. Durant ce congrès, on fit le constat que les technologies de l'information et de la communication n'étaient, hélas, pas assez développées pour le moment pour permettre une prise en charge à distance de qualité via téléconsultation. La télémédecine profita donc grandement des avancées technologiques des années 80 et 90. La grande révolution fût l'arrivée d'internet et de la médecine 2.0. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le reconnut en 1998 et commença à réglementer la e-santé et les télésoins en 2005 à l'échelle mondiale (la première réglementation en la matière date de 1996 en Californie).


La télémédecine a été légiférée pour la première fois en France le 21 juillet 2009 avec la loi Hôpital, Patient, Santé et Territoire (HPST) en différenciant les 5 actes de télémédecine : téléexpertise, téléconsultation, télésurveillance, téléassistance et régulation. La dernière avancée a eu lieu le 15 septembre 2018 avec l’entrée de la téléconsultation dans le droit commun. Aujourd’hui, La téléexpertise est également prise en charge par l'Assurance Maladie qui en fait la promotion.

Ainsi, après plus d'un siècle de recherche, de développement et d'expérimentation, les soins à distance sont dorénavant disponibles pour tous.



La téléconsultation, une pratique innovante et remboursée


Depuis le 15 septembre 2018 et sous certaines conditions, la téléconsultation est prise en charge au même titre qu’une consultation en présentiel. Cela fait suite au décret d'application de l’avenant 6 de la nouvelle convention médicale émis par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).

La téléconsultation est une consultation médicale à distance via une vidéoconférence sécurisée, entre un médecin (généraliste, traitant ou spécialiste) et son patient de l’autre côté de l’écran. Si elle est appréciée des médecins libéraux, la téléconsultation et la télémédecine en général ne sont pas réservées à la médecine libérale ! Les praticiens hospitaliers peuvent tout à fait téléconsulter depuis leurs bureaux à l’hôpital. Les médecins libéraux regroupés en maison de santé ou en cabinet de groupe peuvent également faire des téléconsultations.

Plus récemment, de nouvelles directives du ministère de la santé encouragent fortement les professionnels regroupés Communauté Professionnelle Territoriale de Santé à se regrouper et à proposer des actes médicaux coordonnés de e-santé et télémédecine. Ces nouvelles communautés, encouragées par l’agence régionale de santé, peuvent donc s’équiper de matériel de visioconférence pour effectuer des consultations à distance dans le cadre du parcours de soins, quel que soit le cadre de pratique : établissements de santé, cabinet médical, EHPAD, cliniques ou tout autres cabinets. Certains projets de télémédecine peuvent bénéficier d’un financement de la Sécurité Sociale qui met tout en place pour généraliser les parcours de soins coordonnés.

Nous allons vous détailler les conditions relatives au remboursement des patients après une téléconsultation. Pour garantir le remboursement, il est nécessaire que :

Ces conditions ont été établies pour garantir le respect du parcours de soins et encadrer le développement de la téléconsultation tout en s’assurant de son adoption par les médecins.


Après une téléconsultation effectuée selon les critères de remboursement, le patient est remboursé par sa Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM). Le taux de remboursement est le suivant : 70 % du coût de la consultation est remboursé par l’Assurance Maladie et 30 % (le ticket modérateur) par sa complémentaire santé (sa mutuelle). La téléconsultation peut bien entendu être prise en charge à 100 % pour les soins relevant du tiers payant. En effet, le tiers payant sera appliqué dans son intégralité (affection longue durée (ALD), suivi de grossesse, bénéficiaires de la CMU ou de l’ACS). Le tiers payant pourra être proposé par le médecin aux autres patients sur la part obligatoire et complémentaire, dans le cadre de la dispense d’avance de frais.

Cependant, Il existe des exceptions au remboursement des téléconsultations. Ainsi, ces conditions ne sont pas exigées pour toutes les téléconsultations si :

Avec Leah, le paiement des téléconsultations s’effectue par carte bancaire. Il est sécurisé et automatisé. Le patient doit renseigner ses informations de paiement avant la téléconsultation. Le praticien en secteur 2 peut effectuer les dépassements d’honoraires au même titre que ses consultations médicales présentielles.

Toutes ces informations sont disponibles sur le site ameli ici et .

Pour permettre la cotation d’actes à distance, 2 nouvelles cotations ont été introduites : TC pour TéléConsultation et TCG pour TéléConsultation Généraliste. Le TCG est exclusivement réservé au Médecin Généraliste exerçant en secteur 1 ou secteur 2 avec OPTAM. Le détail de toutes les facturations possibles des actes de télémédecine est disponible sur cet article.


Vous savez maintenant tout sur les remboursements de la téléconsultation en France. De nouvelles professions de santé bénéficieront bientôt d’actes à distance remboursés, comme les pharmaciens, dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé.



Dans quelles situations pouvons-nous téléconsulter?


Actuellement, avec la juste utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, il est possible de soigner à distance. La médecine et le soin peuvent se pratiquer sans que le patient soit physiquement en face de vous. Lors d’une téléconsultation, la visioconférence sécurisée vous permet d'effectuer un interrogatoire complet, d’échanger avec votre patient.e pour comprendre l'anamnèse de la pathologie, et ainsi assurer une bonne prise en charge.

Voici quelques exemples issus de la pratique qui peuvent être traités par téléconsultation. Ces consultations sont effectuées par vous, médecin traitant ou médecin spécialiste du parcours de soins:

Les infections ou les inflammations ORL que le patient a déjà présenté :

D’autres troubles mineurs :

Les affections dermatologiques bénignes :

Les consultations médicales de suivi pour les maladies chroniques (toutes spécialités) :

Viennent s’ajouter à cela les consultations pour :

D’autres cas pratiques par spécialité sont également consultables sur notre blog spécialisé.


Certaines consultations ne pourront pas être effectuées en téléconsultation : les renouvellements d’arrêt de travail, les certificats et expertises nécessitant un examen clinique poussé par exemple.

Le temps de téléconsultation, en plus d’être un temps d’échange, est également un temps d'orientation. N’hésitez pas à convoquer ou à orienter le patient pour approfondir ou confirmer un diagnostic. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le parcours de soins ayant comme ambition l’amélioration de l’accès aux soins et de leur qualité. Il s’agit d’améliorer la santé de chacun dans une perspective de santé publique.

Il ne faut pas oublier qu’une téléconsultation est toujours à l’initiative du médecin et doit se faire dans le respect du parcours de soins pour garantir le remboursement du patient par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).


Pour l’heure, les praticiens hospitaliers, les médecins spécialistes et les médecins généralistes peuvent téléconsulter. En revanche, concernant les chirurgiens dentistes, une convention médicale n’a toujours pas été trouvée. Ils ne peuvent donc pas encore effectuer des téléconsultations remboursées par l’Assurance Maladie. Une future convention pour cette spécialité médicale serait une belle initiative pour une prise en charge des soins dentaires des patients en EHPAD. Nous pouvons facilement concevoir de nouveaux protocoles de soins où le professionnel de santé de l’EHPAD collaborera avec des praticiens libéraux. Il sera ainsi plus simple pour les résidents de consulter un médecin. Nous verrons peut-être apparaître le statut de “médecin correspondant par télémédecine", à l’avenir !

Les derniers professionnels de santé à avoir trouvé un accord conventionnel sont les pharmaciens, avec la téléconsultation en officine. Comment la télémédecine va se développer dans les pharmacies ? La balle est dans leur camp pour développer encore plus les soins coordonnées pour améliorer le suivi médical ! Plus d’informations sur le site ameli.





Comment se déroule une téléconsultation ?


Les initiatives en faveur de la e-santé et de la télémédecine permettent aux médecins d’étoffer leur offre de soins, mais aussi d’adresser les problématiques d’accès aux soins. Réaliser une téléconsultation avec Leah est très simple. D’un point de vue technique, Il n’y a pas d’installation de logiciel requise. Notre solution de visioconférence est disponible directement depuis votre navigateur internet. Elle est donc toujours à jour. Les autres fonctionnalités sont directement disponibles depuis votre ordinateur.

Nous vous rappelons qu’avec Leah, toutes vos consultations à distance seront remboursées, quel que que soit votre cadre conventionnel (1 ou 2), car elles respectent le parcours de soins des patients.


Première étape : un rendez-vous de téléconsultation

Comme pour une consultation médicale en physique, toute téléconsultation commence par une prise de rendez-vous. C’est vous, médecin traitant, généraliste, spécialiste en accès direct ou spécialiste du parcours de soins du patient, qui devez planifier la téléconsultation. C’est l’une des conditions de l’Assurance Maladie pour garantir le remboursement du patient et le respect du parcours de soins.


Au sujet du remboursement, Leah vous informe du statut du patient (maladies chroniques, couverture maladie universelle, affection longue durée, tiers payant bénéficiant d’une dispense d’avance de frais…). Les conditions de prise en charge par l’Assurance Maladie seront donc les mêmes que lors d’une consultation au cabinet médical ou au centre de santé.


Deuxième étape : comment accéder à la salle d’attente virtuelle?

L’accès à la salle d’attente virtuelle est ouvert au patient 15 minutes avant l’horaire prévu de la téléconsultation. Le patient peut attendre tranquillement que le praticien se connecte. A ce moment-là, Leah procède à deux vérifications avant la mise en relation :


Le patient et le médecin doivent ensuite confirmer qu’ils sont dans un endroit isolé pour assurer la confidentialité du “colloque singulier numérique". Chez Leah, nous mettons un point d’honneur à ce que la consultation médicale entre le praticien et son patient ait lieu en toute sécurité.


Troisième étape : comment se passe l’échange par visioconférence sécurisée?

Durant la téléconsultation, après l’interrogatoire par le praticien, peut-être qu’il sera opportun d’échanger des documents photo : résultats d’analyses, radiographies ou photos de symptômes physiques… Cette fonctionnalité permet au praticien de réceptionner tous les documents dont il aura besoin pour affiner son diagnostic médical et assurer la qualité des soins. Par ailleurs, le praticien peut accéder au dossier médical de son patient à tout moment durant la téléconsultation.


Concernant les documents de consultation (compte-rendu et ordonnances éventuelles), le praticien peut commencer leur rédaction durant la téléconsultation et les finaliser une fois la téléconsultation terminée.


Quatrième étape : comment finaliser ses documents médicaux

Le praticien peut finaliser la rédaction de son compte-rendu et ajouter ou modifier d’éventuelles prescriptions une fois la téléconsultation est terminée.

C’est également à cet instant que vous pouvez décider de facturer ou non la téléconsultation. Dans certains cas, il existe une dispense des frais de santé : ALD, CMU. Comme d’habitude lors d’une consultation classique au cabinet médical, la téléconsultation est prise en charge et remboursée par l’Assurance Maladie après la télétransmission d’une feuille de soins électronique. Les informations de la carte vitale du patient sont enregistrées dans Leah pour vous faciliter la rédaction de la FSE, directement depuis Leah.

Nous avons vu ensemble les 4 étapes qui vous permettent de mener à bien une consultation vidéo via Leah. Notre outil a été pensé pour être intuitif et permettre à tous les professionnels de santé de l’utiliser simplement : généraliste libéraux comme médecins spécialistes. À l’instar d’une consultation classique, lors d’une téléconsultation, le praticien peut rédiger des prescriptions, un compte-rendu médical et permettre le remboursement des patients, comme d’habitude. Le tout dans le respect des parcours de soins coordonnés et dans un cadre sécurisé. Rien de mieux pour améliorer le suivi médical !

Téléconsultation rime avec simplicité. Leah rend la pratique médicale à distance facile !



Comment garantir la confidentialité et la sécurité d’une téléconsultation ?


Les données de santé sont considérées, à juste titre, comme des données sensibles. Ainsi, il existe une réglementation particulière à leur égard afin de protéger les droits des patients. Cette réglementation fixe les conditions de sécurité de leur hébergement et complète la loi informatique et libertés. L’ASIP Santé (l’Agence Française de la Santé Numérique) est l’organisme en charge de cette certification.

Leah est en conformité avec la réglementation française en vigueur et les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS), ainsi que la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Pour stocker les données médicales des patients, nous avons sélectionné OVH Healthcare comme prestataire hébergeur agréé de données de santé (HADS) par le ministère des Solidarités et de la Santé et l’ASIP. Tous les serveurs hébergeurs d’OVH sont localisés en France. Ce type d’hébergement respecte des normes très strictes en matière de sécurité des données personnelles de santé, et assure aux utilisateurs de Leah qu'eux seuls peuvent accéder à leur dossier médical. La collecte de données à caractère médical et personnel s’effectue uniquement à des fins médicales. C’est la règle d’or de la protection des données personnelles en santé connectée.

La procédure de certification pour obtenir le titre “d’hébergeur de données de santé" est stricte. Les organismes certificateurs mènent de nombreux audits et la certification est délivrée pour 3 ans. Durant ces trois années d'accréditation, des audits annuels sont effectués.


Une autres mesure garantissant la sécurisation de la téléconsultation est l’activation de l'authentification renforcée en deux étapes. Nous utilisons un système d’envoi de SMS pour sécuriser les connexions du professionnel de santé (médecin généraliste, médecin traitant, spécialiste ou praticien hospitalier) et du patient. Le secteur de la santé exige un tel niveau de sécurité dans les traitements des données !

Toujours dans l’objectif de garantir une sécurité maximale, nous avons développé notre propre système de visioconférence. Ce dernier a été codé de toute pièce par notre talentueuse équipe de développeurs. Ainsi, nous sommes en mesure de garantir qu’aucune donnée du flux vidéo ne transite hors de la France métropolitaine. La transmission s’effectue uniquement sur des serveurs français.


À une époque où la sécurité des données à caractère personnel est une préoccupation majeure, Leah travaille uniquement avec des partenaires fiables, reconnus et réputés pour la sécurité du traitement des données qu’ils hébergent. Nous sommes fiers de pouvoir garantir la sécurité, la confidentialité et la protection des données et de toutes vos activités sur Leah. Rassurez-vous, malgré ces mesures techniques, le partage des données hébergées est très simple entre professionnels de santé et patients : bienvenue dans l’univers de la télémédecine et de la e-santé.


Même en ligne, le secret professionnel doit être assuré !


Parlons-en en démonstration ?